Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 octobre 2019

Avec Jacques Terpant

 

71062179_408157383224964_1048071955523043328_n.jpg

 

Né en 1957, Jacques Terpant, l’un des maîtres de la bande dessinée française, est scénariste et dessinateur, mais aussi un lecteur fidèle à ses premières émotions et un homme qui revendique son enracinement dans la Drôme de ses ancêtres, où il vit en ermite. Il s’est fait connaître à Métal hurlant, puis par sa série Messara, et ensuite par ses adaptations de romans de son ami Jean Raspail (Sept cavaliers, Les Royaumes de Borée,…) dans un style graphique qui évoque la fameuse ligne claire des Belges. Les céliniens l’apprécient, lui qui a dessiné la couverture d’un Bulletin célinien et illustré un roman graphique qui se passe à Meudon vers 1960, Le Chien de Dieu.

Aujourd’hui, il publie un album édité avec soin (cartonné, cousu, etc.) où il salue quarante auteurs qui, depuis l’enfance, ont formé une sensibilité à la fois de coureur des bois et de hobereau. Quarante écrivains, quarante portraits à la plume, en noir et blanc donc pour retracer une sorte de panthéon littéraire, d’Enid Blyton à Sylvain Tesson, d’Hemingway à La Varende. Parmi les portraits les plus réussis, je pointerais ceux, saisissants, de Lovecraft, Céline, Morand, et bien entendu celui du Consul général de Patagonie, le cher Jean Raspail. On y trouve aussi un étonnant Drieu en dandy de la Belle Epoque, ou encore Moebius et Ramuz. Ces planches sont précédées d’un fort long texte de son ami Patrick Bellier. Labyrinthique, l’évocation par ce dernier d’allusions familiales quelque peu confuses fatigue parfois le lecteur, dont l’œil se repose illico grâce aux planches de Jacques Terpant,  authentique artiste.

 

Christopher Gérard

 

Jacques Terpant, Trait. Portraits, textes de Patrick Bellier, Editions Lohengrin, 88 pages, 18€, à commander directement à l’éditeur  https://editionslohengrin.com/index.php/product/trait-portraits/ ou sur Amazon.

Écrit par Archaïon dans Figures | Lien permanent |  Facebook | |  Imprimer |

22 octobre 2019

Jasmine Catou, détective

 

67937879_2942704929135379_5233689040569499648_o.jpg

 

 

Né en 1956, Christian de Moliner, est agrégé de mathématiques, ancien professeur et essayiste. Parmi ses derniers ouvrages, Islamisme radical, comment sortir de l’impasse ?, paru aux éditions Pierre Guillaume de Roux.

Il est aussi romancier prolixe dans le genre apocalyptique. Un drôle de pistolet donc, qui fait appel à une célèbre attachée de presse de Saint-Germain-des-Prés, qui est à elle seule un personnage d’anthologie… et de roman.

En effet, Agathe, l’un des personnages de son dernier livre, Jasmine Catou, détective, est le double limpide de Guilaine Depis, intrépide défenseuse des écrivains qui lui confient ses livres (https://guilaine-depis.com/).

Je dis l’un des personnages, car l’héroïne n’est pas Guilaine, mais bien Jasmine, élégante chatte aux yeux verts qui, impériale, trône sur la couverture. Dans la vraie vie, Jasmine est l’assistante, ô combien zélée, de Guilaine. Dans ce roman, une pochade écrite à la diable par pur plaisir, Christian de Moliner la métamorphose en détective qui, à coups de griffes et de miaulements, communique à sa maîtresse les résultats de ses enquêtes sur, dans le désordre, la mort suspecte de l’immonde Sossers, éditeur véreux s’il en est, sur la disparition d’un bracelet magique ou encore sur le mystérieux fantôme de la rue du Dragon.

Le tout est bien enlevé, plein de charme et de fantaisie, non dénué de coquilles.

Christopher Gérard

Christian de Moliner, Jasmine Catou, détective, Éditions du Val (sur Amazon uniquement), 10 sesterces.

 

Écrit par Archaïon dans Figures | Lien permanent |  Facebook | |  Imprimer |

13 novembre 2017

Christopher Gérard en Sorbonne, ou le début de la fin

 

Logo_officiel_de_l'Université_Paris-Sorbonne.png

Il sera question de votre serviteur lors du colloque international "Penser le roman francophone contemporain" organisé par l'Université Paris-Sorbonne – CIEF - CELLF / Université de Montréal – CRILCQ (sans oublier le ZRGLB, scandaleusement omis par les organisateurs) ce 18 novembre 2017 au Centre d’Etudes Slaves – 9 rue Michelet – 75005 Paris
Au menu à 14h00 – Intersections génériques et artistiques,
• Renata Bizek-Tatara, Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin (Pologne) : « Christopher Gérard et le brouillage des frontières génériques ».

affiche_1_romanfrancophonecief-1117.jpg

Écrit par Archaïon dans Figures | Lien permanent |  Facebook | |  Imprimer |

25 juillet 2017

Comme un bal de fantômes

cv-comme-un-bal-de-fantômes-325x495.jpg

 

Curieux ouvrage que je reçois là, édité avec goût, composé avec cette grâce nonchalante et un peu farceuse qui est la marque d’Eric Poindron, un auteur étonnant, féru de livres oubliés et de papillons rares, éditeur  maniaque - un dandy érudit qui fête ses cinquante printemps avec ce recueil de songeries. De quoi s’agit-il ? D’une sorte de roman composé de septante-cinq chapitres aux titres poétiques : Neige de sang, Lanterne, Le Lecteur somnambule, Bibliolibrius (parfait surnom pour l’auteur), Nageur et poète… Eric Poindron ? Un bibliomane excentrique qui pourrait être British et qui nous fait partager ses insomnies en entrouvrant quelques portes de son cabinet de curiosités, où je retrouve avec plaisir, au milieu de chats et d’incunables, Guy Féquant et Jérôme Leroy, Samuel Brussell et Marcel Béalu, et aussi Hérodote et Tesson (Sylvain), Wiertz et Borges, Barnabooth et Vogelsang. Et Ostende et Moscou que ce « rêveur de prose » connaît comme sa poche. La langue est nette, l’imaginaire richissime (Nerval !). Pourquoi ne pas appareiller en si bonne compagnie ?

 

Christopher Gérard

 

Eric Poindron, Comme un bal de fantômes, Le Castor astral, 234 pages, 17€

Écrit par Archaïon dans Figures | Lien permanent | Tags : littérature |  Facebook | |  Imprimer |

20 janvier 2017

Avec Armel Guerne

 

 

ag.jpg

 

« Depuis mon enfance – depuis que je savais vouloir écrire – je demande dans mes prières d’être le dernier d’une lignée de supérieurs, et j’ai toujours tout fait pour ne jamais être le premier d’un bataillon d’inférieurs. » Cette hautaine prière décrit à la perfection son auteur, le poète Armel Guerne (1911-1980), davantage connu pour ses étincelantes traductions de Hölderlin et de Rilke, de Melville et de Kawabata. Un prodige, en effet, qui traduisit sa vie durant les textes les plus difficiles, de l’allemand comme du chinois ou du japonais, et même du tchèque.

Deux germanistes, ses amis, lui rendent un hommage appuyé par le truchement d’un recueil d’études ferventes qui font mieux connaître ce contemporain quelque peu occulté. Né en Suisse, mais éduqué à Paris, Guerne eut une scolarité bousculée, puisque, mis à la porte par son père qui exigeait qu’il entreprît des études commerciales, il se retrouva à dix-huit ans, au collège de Tartous, en Syrie, lecteur de français… et professeur de gymnastique. Cet immense érudit, ce traducteur génial échoua à son bac et se lança, tout jeune, dans l’édition, la poésie et la traduction : toute œuvre exaltant la vie de l’esprit le passionnait. Sous l’Occupation, il cassa sa plume et rejoignit les réseaux du S.O.E. britannique, activité qui lui valut d’être arrêté par le SD. Il parvint à s’évader du train pour Buchenwald et, via l’Espagne, à rejoindre Londres, où il fit la douloureuse expérience du terrible jeu des services spéciaux. Le réseau Prosper avait-il été livré aux Allemands par ses commanditaires dans le cadre d’une opération de désinformation ? Quel fut le rôle des services soviétiques et de Philby ? Guerne sortit brisé de la guerre, accusé même d’avoir trahi – méchant procès dont il sortit blanchi. Le poète fit donc l’expérience totale : la peur, le doute, le mensonge, la trahison …

Rivalisant de fidélité, Charles Le Brun et Jean Moncelon, les auteurs du recueil, évoquent les multiples passions de leur ami, qu’ils définissent comme un prédestiné, une sorte de chevalier avide de lumière et perdu dans le monde moderne. Parmi ces passions, Novalis et la quête de l’unité perdue, Nerval et ses fascinantes visions, l’immense Melville, Paracelse et l’alchimie…

Armel Guerne ? Un Romantique au sens le plus noble. Ne composa-t-il pas ce magnifique volume, désormais classique,  Les Romantiques allemands (1956) ? N’édita-t-il pas un choix d’œuvres de Nerval ? Ne lui doit-on pas L’Ame insurgée, essai majeur sur le Romantisme ?

Un poète enfin, et non des moindres en ce siècle de bavards et de faiseurs, pour qui l’écriture était d’essence mystique, aux antipodes de toute futilité comme de tout délire  cérébral – celui-là même que, avec lucidité, il reprochait aux surréalistes. Ami du peintre Masson, de Cioran et de Bernanos, Armel Guerne considérait que l’Apocalypse, loin d’être à nos portes, était « entrée dans nos vies ». Plus antimoderne que cet ermite magnifique, vous trépassez, ami lecteur !

Poète au milieu des ruines, réfractaire absolu, Armel Guerne compte bien parmi les éveilleurs de l’Europe secrète. Ecoutons-le : « Une œuvre (...)  on doit se demander quel est son acte sur la terre ; et non seulement de quel esprit elle procède, mais aussi et peut-être surtout, dans l'angoissante tragédie de nos jours, quels esprits et quels cœurs elle encourage ou décourage. »

Christopher Gérard

Charles Le Brun & Jean Moncelon, Armel Guerne. L’Annonciateur, Editions Pierre-Guillaume de Roux, 194 pages, 20.90€

 

Guerne.JPG

Envoi d'Armel Guerne (Hölderlin, Hymnes et élégies, Mercure de France)

Écrit par Archaïon dans Figures, Lectures | Lien permanent |  Facebook | |  Imprimer |