Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2014

Quolibets

 

734301_520492421306869_1238846370_n.jpg

"Pétillant,  plein de sagesse, Quolibets est un ouvrage important pour tout esprit ouvert et réfractaire aux snobismes et engouements du jour."

Fabrice Trochet sur

http://www.mauvaisenouvelle.fr/?article=livres-christophe...

*

Belle note de Gabriel Matzneff sur son site:

http://www.matzneff.com/chroniques.php?id_chronique=53

*

"C'est élégant, généreux, divers (...) un bouquet divers,  nuancé, un peu décliniste - assorti de quelques principes intangibles, une certaine tenue, une cambrure de la phrase qui disent le lecteur et dénoncent l'amoureux des livres."

François Kasbi, Service littéraire

*

Au micro d'Edmond Morrel:

 

http://www.espace-livres.be/Les-Quolibets-de-Christopher

*

Superbe chronique par le Chouan des villes:

http://lechouandesvilles.over-blog.com/article-avis-aux-amateurs-quolibets-christopher-gerard-118608225.html

*

"Une jolie promenade littéraire dans un jardin peuplé d'espèces rares dont l'auteur sait extraire les parfums inconnus". Alain Lefebvre, Juliette et Victor

 *

"Christopher Gérard est de mise anglaise, en trois-pièces sur mesure. Dandy païen, sectateur de l’empereur Julien ou d’Hypatie, il pratique aussi l’espionnage et la vampirologie. Et contrebandier des lettres, il fait commerce, sans souci des décrets du jour, d’exhumations précieuses." Arnaud Bordes

http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=1&srid=123&ida=15696

 *

"Sous le signe de l'indépendance, du non-conformisme et du culte du style" Francine Ghysen, Le Carnet et les Instants

http://www.youblisher.com/p/629608-CI-177/

*

On n’y vend pas ici sa plume au plus offrant; on la troque volontiers pour une belle rapière d’encre afin de faire face à l’ignominie présente. Christopher Gérard est bien un franc-tireur des belles lettres."

Georges Feltrin-Tracol, sur  http://www.europemaxima.com/?p=3136

*

 L'article de Jacques Franck, dans La Libre Belgique :

http://www.lalibre.be/culture/livres/article/817988/ils-resistent-a-la-desesperance.html

*

"Christopher Gérard a construit une arche de Noé recueillant ce qui peut encore être sauvé d'un désastre annoncé par Ernst Jünger dans son dernier entretien."

Alfred Eibel, Le Spectacle du Monde

*

"Christopher Gérard ne nous aide pas seulement à mieux aimer la littérature, il nous aide à aimer les pensées justes. Le beau, le vrai, le juste. Le juste c’est ce qui est ajusté au vrai. Mieux qu’un trafiquant d’insolence, notre critique est un passeur de vérités. "

Pierre Le Vigan, Métamag

http://www.metamag.fr/metamag-1344-Les-quolibets-d%E2%80%99un-ecrivain-pa%C3%AFen-Un-journal-de-lectures.html

*

"Christopher Gérard a fait preuve d'un goût très sûr manifesté sur un ton bellement anticonformiste, résolument à contre-courant de la bien-pensance actuelle."

Bernard Delcord, Marianne

*

"C'est en libertin refusant de sacrifier aux idoles de ce temps que Christopher Gérard suit son bon plaisir, humeur vagabonde en bandoulière. L'écrivain esquisse ainsi les portraits de "confrères" admirés et aimés, morts ou vivants, mais tous aristocrates dans l'âme."

Rémi Soulié, Le Figaro magazine

*

"Romancier et critique, ce moderne païen partage avec Pol Vandromme « un amour exclusif de la littérature allié à un souverain mépris des modes », ainsi qu’un dédain ironique pour le pédantisme stérile des théories et l’intrusion de la morale dans les jugements esthétiques. "

Bruno de Cessole, Valeurs actuelles

http://www.valeursactuelles.com/christopher-g%C3%A9rard-l%E2%80%99%C3%A9cart-triste-festin20130506.html

*

"Christopher Gérard est un écrivain usant de phrases limpides et de mots qui font mouche, maniant l’ironie élégante sans rien renier d’un romantisme de bon aloi, n’ayant pas le paganisme théâtral et bruyant, mais fondant au contraire sur de solides convictions païennes, un art d’écrire et de lire qui ne succombe jamais à la lâcheté des modes, manière courageuse de rester égaré quand tant d’autres ont trouvé leur file d’attente, leur case, leur comptoir, dont ils ne bougeront plus, enfin réconfortés. "

Ludovic Maubreuil, Cinématique

http://cinematique.blogspirit.com/archive/2013/05/13/contre-les-naufrageurs.html

*

"Ce livre est aussi et avant tout un tempérament. Il incarne un certain esprit de résistance, de dissidence. L’anticonformisme y est romanesque et opiniâtre. Le sentiment de l’honneur et l’impérieux besoin de liberté infusent ces pages et révèlent ce chant continu du refus de la médiocrité et de la décadence. Quolibets défend l’idéal annoncé par Dominique de Roux : « reformer et réformer l’ordre des nobles voyageurs. » Ce que Christopher Gérard propose, c’est cette « société secrète des âmes fortes » prescrite par Jean-René Huguenin."

Alexandre Le Dinh, De Nécessité vertu

http://www.denecessitevertu.fr/2013/05/13/quolibets-christopher-gerard/

*

"Christopher Gerard distille ses portraits d’écrivains en érudit passionné à la plume alerte et élégante. Homme de constance (d’obsessions, diraient certains), notre lecteur-auteur prêche mordicus une Weltanschauung aristocratique, fondée sur l’honneur, une pleine conscience du tragique de la vie et de la circularité du temps, par-delà les saisons. "

Daoud Boughezala, Causeur:

http://www.causeur.fr/christopher-gerard-quolibets,22378#

*

"On croisera dans ces pages des auteurs encore bel et bien vivants, et d’autres disparus – donc rendus à l’immortalité. Ils s’appellent Michel Déon, Pol Vandromme, Gabriel Matzneff, Paul Morand, Jean Clair, Roland Cailleux, Alain de Benoist, Guy Dupré, Jean Forton. Christopher Gérard ne les croque pas, non, il les hume, les cerne, les savoure enfin, à petites bouchées gourmandes. Bref, il va à leur rencontre comme peu de critiques contemporains ont l’audace de le faire, et nous donne en partage ses plus lumineux côtoiements. "

Frédéric Saenen, Le Salon littéraire avec un entretien avec l'auteur :

 

http://salon-litteraire.com/fr/christopher-gerard/content/1832308-christopher-gerard-le-fidele-irregulier

 

 

 

"Christopher Gérard nous offre ici un guide roboratif pour les amateurs de contre-courant, pour qui répugne à penser dans les cordes, pour les curieux qu'obsèdent les frontières... en bref, pour les esprits libres."

Dixit le confrère Jacques Tallote

 

 

 *

**

 

 

Quolibets suscite ces courriers de Michel Déon et de Jean Raspail


 

« Votre livre est une somme. Ce que l’Université et la politique ont voulu effacer avec une hargne incompréhensible reprend sa place dans votre brillant essai où j’ai pris un rare plaisir à retrouver nos amis dans leur pureté et leur courage. »

Michel Déon 

« Mais ce que je voulais vous dire, c’est ma surprise et mon admiration totales devant tous ces textes magnifiquement vrais, écrits avec une grande générosité, une immense culture littéraire, et une fraternité de haut vol… C’est un livre fondamental. »

Jean Raspail

 

***

 

En guise de bienvenue dans cette galerie d’écrivains qui ont marqué ma vie de lecteur et d’auteur, je voudrais préciser en quoi consiste Quolibets. Il s’agitbien d’un livre d’écrivain : le tableau n’a rien d’objectif ni d’exhaustif. Tant de préjugés, que j’assume ; tant d’oublis, que je déplore. Un journal de lectures, personnel, aussi incomplet qu’injuste, avec ses obsessions et ses béances. Un ensemble de pièces à conviction, un autoportrait en pointillé. Une déclaration d’amitié à mes maîtres et à mes lecteurs. L’hommage d’un écrivain à soixante-huit confrères d’hier et d’aujourd’hui. Un panthéon littéraire, où l’on croisera Stendhal et Paul Morand, Jacqueline de Romilly et Jean Forton, Ernst Jünger et Michel Déon, Guy Dupré et Jean Clair… Des voix singulières, qui ont en commun un même amour du Vrai, du Juste et du Beau.

Quod libet, en latin, signifie « ce qui plaît » : c’est à l’évidence le sens, ancien, que je donne à ce titre, car mes quodlibets n’ont rien de railleur ni, je l’espère, de trivial. Je me suis simplement promené dans ma bibliothèque et j’ai puisé dans mes archives pour en extraire cette macédoine que je propose à l’appétit du lecteur. Les esprits bornés se plaindront du « mélange des genres », celui-là même qui affole les éditeurs obsédés par le lectorat d’un livre et son marché captif. Pour moi, qui me moque de ces fariboles, je crois en ce que Guy Dupré appelle « la confusion concertée, symphonique et raisonnante des genres considérés longtemps comme autonomes et antinomiques », la seule à même de régénérer une littérature exténuée et domestiquée.

L’un des leitmotive de ce catalogue est le puissant sentiment d’exil illustré par nombre de mes maîtres : moi aussi, depuis toujours, je me sens exilé chez mes contemporains. En passant mes notes de lecture au tamis de l’esprit critique, en pratiquant ce retrait ironique qui condamne à une certaine solitude, j’espère être parvenu à isoler les virus dont je veux protéger ce que j’aime par-dessus tout : l’antique civilisation de l’Europe, ses types humains inégalés, ses inoubliables créations, son héritage plurimillénaire. Et à proposer des contrepoisons, en exaltant quelques attachantes figures d’insoumis, semblables aux hoplites de Marathon.

 

https://www.facebook.com/#!/Quolibets

 

http://www.lagedhomme.com/boutique/fiche_produit.cfm?ref=978-2-8251-4296-7&type=67&code_lg=lg_fr&num=0

 

 

 

 

 

 

Écrit par Archaïon dans Opera omnia | Lien permanent | Tags : littérature |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.