Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 avril 2017

Se taire ou parler ? A propos d'un texte d'Olivier Maulin

atelier.jpg

 

En lecture, la dernière livraison de L'Atelier du roman, revue littéraire animée par Lakis Proguidis (et inspirée, e.a. par le regretté Philippe Muray), qui fut l'ami de Michel Déon, à qui il rend d'ailleurs un bel hommage dans un joli texte intitulé "Deuils". La revue, comme souvent, rencontre des problèmes financiers et c'est grâce à l'éditeur Pierre-Guillaume de Roux qu'elle survit.

Parmi les contributions de Grozdanovitch, Petersen, Tudoret, je tombe sur une courageuse réflexion du cher Oliver Maulin, qui lui est venue lors d'une rencontre avec des lycéens. A l'issue de celle-ci, une professeur de français vient lui expliquer qu'elle a été, poverina,  "choquée" par un passage de son dernier roman, où il évoque le vol d'une camionnette par des Roms...

Pour ma part, quand j'entends des mots tels que "choqué(e)", "indigné(e)", ou "citoyen(ne)" utilisé comme épithète, une furieuse envie me prend d'armer mon GP 9 mm (Fabrique nationale de guerre - Herstal Belgique) tant me submerge le dégoût de l'imposture bien-pensante,  quintessence de l'esprit petit-bourgeois. 

Olivier Maulin explique à la donzelle que, s'il a mis en scène des Roms, c'est pour illustrer le pillage des campagnes françaises par des gangs est-européens - une réalité que nul ne songe à nier, pas même l'enseignante troublée. Mais voilà, c'est "gênant", il ne faut pas le dire à la populace, etc.

Surtout : l'Ecrivain doit jouer le jeu.

Je cite Maulin, qui, en une courte page, dévoile le pot aux roses et refuse le rôle qui lui (nous) serait dévolu :

"Que les journalistes et les politiciens rivalisent de zèle pour s'enfoncer toujours plus loin dans le déni du réel est une chose, mais l'ennui c'est que la littérature suit le mouvement et qu'elle s'interdit parfois, elle aussi, de rendre compte de tout un pan de la réalité qui se retrouve ainsi érigé en tabou.

Le conformisme des écrivains est certainement en cause; ils le sont pour la plupart, conformistes, et singulièrement ceux qui se clament rebelles, du genre à s'emparer des causes défendues par l'Etat, les ONG, les médias, les intellectuels et l'ONU, et à les présenter comme des causes perdues.

Et puis il y a les autres. Ceux qui ne se sentent ni nazis, ni fascistes, ni racistes, ni xénophobes, ni homophobes, ni même populistes, mais trouvent que le monde est en train de sérieusement marcher sur la tête.

Ceux qui ne sont pas encore totalement désarmés mentalement et refusent de disparaître en tant que peuple.

Ceux qui ne veulent pas voir la partition de leur pays.

Ceux qui estiment que les frontières physiques sont utiles aux plus faibles et que leur suppression ne sert que les riches capables d'en ériger des symboliques. 

Ceux qui ont compris que l'Union européenne avait enfin trouvé dans la submersion migratoire l'arme fatale pour en finir avec des peuples archaïques refusant le saut fédéral.

Ceux-là ont deux solutions : se taire ou parler. Demeurer des écrivains honorables ou devenir des parias, des réacs, des populistes."

Il n'y a pas un mot de ce texte que je ne serais pas fier d'avoir écrit.

Salut à Olivier Maulin!

Christopher Gérard, avril MMXVII

 

Browning.jpg

 

 

Écrit par Archaïon dans Polemos | Lien permanent | Tags : littérature |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.